Test de l’Olympus OMD EM-5 mark II

7 juillet 2017
choisir-un-appareil-photo-hybride-2

J’ai récemment dit adieu (enfin pas complètement, il occupe toujours ma boîte photo) à mon petit Lumix Gm5, à peine plus de deux ans après son achat.

Deux mots à propos de mon ancien appareil, le Lumix Gm5

Pour résumer mon état d’esprit vis-à-vis de ce modèle : le Lumix Gm5 est un bon hybride amateur, parfait si l’on veut un appareil très compact sans pour autant rogner sur les performances (contrairement à un vrai compact). En ça, il est beaucoup plus intéressant qu’un compact, qu’un bridge ou même qu’un reflex débutant (comme le Pentax K-r qui l’a précédé). Je recommanderais cependant d’y porter un grand soin car sa compacité le rend très fragile : il ne sera pas aussi robuste qu’un hybride un peu plus épais. J’en ai pourtant pris soin, donc si c’était à refaire je réfléchirais certainement à ce que changent 200 grammes de plus au quotidien (= pas grand chose, on reste loin du poids d’un reflex) et j’opterais sûrement pour un Olympus EM-10 (mark 2 ou 3) à la place…

Comme je tenais à rester sur une monture micro 4/3, et que je me lassais de l’univers Lumix que je trouve moyennement qualitatif (ayant eu entre les mains le Gx7 de mon compagnon dont l’écran inclinable me semble également fragile), j’ai justement commencé mes recherches du côté d’Olympus (l’herbe n’est-elle pas plus verte ailleurs ?).

Bienvenue à l’Olympus EM-5 mark II !

Le modèle Olympus Omd EM-5 mark II commençant à m’intéresser car d’une gamme similaire au Lumix Gx8, dix jours plus tard et une enchère ebay remportée, un splendide appareil de seconde main avec moins de 100 déclenchements (donc quasi comme neuf), a pris place entre mes mains ! Je préférais l’habillage argent / noir, mais payer moins de 500€ un modèle hybride expert qui en vaut encore presque le double dans le commerce pour 100 déclenchements de différence, c’était une chance : autant vous dire que je n’ai pas fait la fine bouche pour une histoire de couleur !

Présentation de l’Olympus Em5 mark II

Il s’agit d’un très bon hybride expert (flirtant avec les fonctionnalités et possibilités des appareils totalement orientés vers une utilisation professionnelle), très bien conçu et au design convaincant rappelant les séries Olympus OM argentiques d’antan. Son prédécesseur, l’EM-5, avait même été considéré comme le meilleur hybride du marché à sa sortie.

A l’utilisation

Le point qui m’a le plus surprise est le confort d’utilisation, qui est incroyable. La présence de deux molettes de réglage décuplées par celle d’un levier est d’une praticité étonnante ! Avec en sus de nombreux boutons « raccourcis’ personnalisables présents en façade avant / arrière ainsi que sur le haut de l’appareil, et de surcroît positionnés à une distance idéale par rapport aux doigts (et pourtant les miens sont petits), je peux changer un nombre incroyable de paramètres sans quitter mon viseur (et en apprécier les changements en direct, un bonheur !). Avec un tel niveau de personnalisation, l’Em-5 s’adapte à vos besoins, un véritable bonheur !

Les modes d’économie d’énergie sont également très bien vus, et si l’autonomie était donnée comme étant plus importante que celle du Gm5 (ce n’est pas difficile…) et similaire à celle du Gx7, je suis agréablement surprise par la tenue de la batterie. En me passant du live view les 3/4 du temps (quand je ne suis pas en mode vidéo, en somme) et en me servant en permanence du viseur, l’écran affiché est similaire à celui d’un reflex (il présente un récapitulatif des paramètres définis) et permet d’économiser beaucoup de batterie. A tester de manière plus « sauvage » en voyage (je me suis tout de même munie de deux batteries supplémentaires, car la forte consommation d’énergie reste pour moi le seul inconvénient de l’hybride par rapport au reflex)…

Niveau performances

Enfin, en matière de performance l’appareil offre une qualité incroyable, avec par ailleurs des profils de couleurs bien définis qui offrent des jpeg très propres (même si je shoote en raw, avoir un beau jpeg en sortie directe d’appareil est parfois pratique et surtout plutôt valorisant (quand il s’agit de montrer directement les photos non-retouchées sur écran). J’adore pour ma part le profil « muted » que je trouve très doux, et que j’ai légèrement modifié pour le rendre plus chaud (l’appareil offre cette fonctionnalité).

La stabilisation 5 axes est une petite merveille, j’en suis assez dingue. Le viseur est également très agréable à l’utilisation, à la fois grand et clair. J’ai l’impression d’avoir traversé un fossé énorme en passant du Lumix Gm5 à cet Em-5 II !

Il faut dire qu’à l’instar du Gx7, l’EM-5 mark II coûtait près de 1200€ à sa sortie en 2015, contre 800€ pour le Gm5, ils ne boxent donc pas dans la même catégorie. Le prix de l’EM-5 a en revanche moins baissé que celui du Gx7 et du Gm5 à travers les années. Même si en étant très patient, on peut (comme je l’ai fait) le trouver d’occasion dans un état quasi neuf pour moins de 500€, j’avoue que ça relève quand même du coup de bol seulement 2 ans après (le reste des appareils repérés étant bien plus cher). J’ai l’impression que les Olympus décotent bien moins vite, peut-être en raison de leur qualité de finition (l’avenir le dira !).

test-olympus-omd-em5-mark-II

L’EM-5 II en résumé

Les + Les –
viseur très grand et précis

écran totalement orientable

stabilisation sur 5 axes

nombreuses touches personnalisables
bien pensées

flash amovible (« pour moi qui n’aime pas ça », vous connaissez la suite… :D)

bouton de blocage de la molette de sélection de mode (qi fait cruellement défaut au Gx7)

deux molettes de réglages (ouverture / vitesse et exposition) + présence d’un levier pour dédoubler les fonctions de ces molettes

ergonomie parfaite (grip en façade + grip pour le pouce)
menus très fournis, ce qui entraîne une certaine complexité lorsqu’on recherche une fonction ou un réglage précis(e)

vidéo full HD (un défaut par exemple par rapport au Gx7 qui propose de la 4k, mais suffisant pour moi : je ne filme pas pour le cinéma, même s’il est plus confortable parfois de pouvoir rogner un plan sans perte de qualité…)

un peu long à l’allumage (en comparaison des deux autres, est-ce une spécifité Olympus ? si vous avez déjà pu comparer un hybride hybride Olympus avec un Lumix, je serais curieuse d’avoir votre ressenti !)
test appareil photo em5 II

En conclusion

L’Olympus EM-5 mark II est une option à envisager si vous souhaitez un hybride expert presque semi-pro, à peine plus encombrant que le Lumix Gx7 de mon compagnon (avec un poids très voisin). Certes, il ne permet pas de filmer en 4k mais la full HD est suffisante pour un export web non professionnel, et ses nombreuses autres fonctionnalités (écran orientable, viseur d’excellente qualité, stabilisation 5 axes) le rendent optimal en photo comme en vidéo, dans des conditions de voyage, de photo de rue voire professionnelles.

Pour avoir facilement pu comparer les deux (puisque j’ai pas mal emprunté l’appareil de mon compagnon avant de trouver un remplaçant à mon gm5) : l’EM-5 mark II est un peu meilleur « sur le papier » que le Lumix Gx7, mais d’un point de vue strictement ergonomique, il y a également de quoi le préférer. La stabilisation 5 axes est l’atout indéniable, qui permet de photographier à main levée dans des conditions plus compliquées qu’avec un Gx7 ou Gm5 (faible lumière de fin de journée etc.).


[Edit 2020] Depuis la rédaction de cet article, j’ai fait tomber cet appareil un jour de maladresse… S’il fonctionne toujours à merveille, l’écran en a souffert et dans un contexte professionnel, je souhaitais m’assurer de ne pas avoir de mauvaise surprise pendant une session photo : je l’ai donc relégué au rang de second appareil et me suis dotée d’un EM-1 mark II, encore plus performant ! Je vous en parlerai peut-être un jour.

Envie de donner une touche poétique à vos photos ? Pensez à mes presets Lightroom !


  • Romain 15 juin 2017
    Reply

    C’est un mal pour un bien d’avoir à abandonner le gm5. Celui-ci devrait être plus robuste, il a un super design en tout cas.

    • Fanny 15 juin 2017
      Reply

      Oui je l’espère ! La prise en main est meilleure, la visée aussi, je retrouve beaucoup du reflex (il a effectivement d’ailleurs le look d’un olympus argentique). Histoire à suivre… =)

  • Denisss 15 juin 2017
    Reply

    Excellent choix ! C’est ce boitier qui m’a fait quitter le monde des reflex 🙂

    • Fanny 15 juin 2017
      Reply

      Merci, oui il a l’air vraiment bien, beaucoup plus proche d’un reflex que le gm5 pour le coup… Je retrouve certains fonctionnements qui me manquaient (l’utilisation pratique des collimateurs et un visueur digne de ce nom…) 🙂

  • Eva 15 juin 2017
    Reply

    Ces photos sont superbes ! J’aimerais économiser justement pour changer mon appareil photo qui ne me satisfait plus du tout, du coup je prend note du tien on ne sait jamais 🙂

    • Fanny 15 juin 2017
      Reply

      Merci beaucoup ! Je te conseille de jeter un oeil aux offres d’occasion, je crois qu’il vaut mieux un bon appareil d’occasion qu’un appareil dernier cri sur lequel personne n’a de recul (mon erreur avec le Gm5). A l’époque du reflex et de mon premier hybride, j’avais un peu peur de l’occasion pour ce genre de produits, mais c’est finalement un gros gain financier (sans compter un impact écologique moins négatif puisqu’on redonne vie à quelque chose de plus ou moins utilisé) et que ce soit les objectifs ou boîtiers (le Gx7 de mon ami a été acquis dans les exactes mêmes circonstances), je n’ai jamais été déçue pour l’instant (moins qu’avec le neuf, d’ailleurs) ! 🙂

  • Marion 22 juin 2017
    Reply

    Wouah, la qualité est vraiment excellente ! Je pars justement faire une saison dans le sud pour avoir de quoi acheter un nouvel appareil photo, et bien je crois que tu m’as orienté dans une toute nouvelle direction avec cet achat hybride (et peut-être même dans une autre marque aussi…!). Merci beaucoup pour ton article ainsi que ces magnifiques photos !

    • Fanny 22 juin 2017
      Reply

      Merci à toi pour ce commentaire ! Après une quinzaine de jours avec cet appareil, vraiment je ne regrette pas l’univers Lumix. Les menus Olympus sont réputés compliqués mais une fois l’appareil bien configuré on y revient très peu et les raccourcis en façade sont vraiment bien pensés, je suis ravie de mon choix. Après, Lumix propose de bons appareils aussi (le Gx7, le Gx8, le Gh4 -orienté vidéo- etc.), à toi de voir sur laquelle ton choix porte, c’est souvent très personnel. (Attention avec Fuji, Sony… le choix d’objectif est plus restreint, ça peut être bien mais il faut le savoir avant). Bonne saison dans le sud ! 🙂

  • Laisser un commentaire