Menu
Astuces et conseils photo

L’utilisation de fumigènes en photographie

Les fumigènes, que l’on appelle aussi smoke bombs (ou smoke grenades) en anglais, sont à l’origine utilisés en tant que signaux par les militaires, et feux de détresse par les navigateurs. On les retrouve aussi pendant les parties d’airsoft (en version moins puissante), où il permet de brouiller la vue des joueurs adverses. Ces bombes colorées peuvent être utilisées également par les photographes, en raison de leur potentiel hautement photogénique (et vidéogénique, voir plus bas).

Après en avoir utilisé deux (une jaune et une bleue) avec notre photographe de mariage (voir les 2 photos ci-dessous, d’Audrey Rutz), nous avons tenté de notre côté l’expérience (avec une bombe magenta), et je me suis placée cette fois-ci de l’autre côté de l’appareil photo.

Photos d’Audrey Rutz

Voici les quelques points que j’ai appris à travers ces deux expériences différentes et qu’il peut être bon de savoir si vous souhaitez tenter l’expérience à votre tour.

Où se procurer des smoke grenades ?

Les fumigènes peuvent être achetés en boutique spécialisée airsoft ou jeux, ou dans un magasin ayant développé pour cette cible un corner spécifique (comme c’est le cas d’E17, à La Rochelle).

Sinon, une simple recherche sur Google donne de nombreux résultats. Il est possible d’acheter les bombes séparément ou en lot, et selon différentes contenances.

Quelles sont les précautions à prendre ?

En ce qui concerne la législation, rien de bien clair. Les fumigènes sont interdits de manière formelle au cœur d’un stade, mais il n’y a rien de précisé pour une utilisation en-dehors d’une zone d’airsoft. Il vaut mieux toutefois, à défaut d’autorisation spécifique demandée préalablement, choisir un endroit assez isolé, ou très peu fréquenté (cela peut être dû à une heure spécifique de la journée ou à sa localisation).

En montagne, en forêt (attention à ne pas provoquer d’incendie en étant trop près de la végétation), dans un champ ou encore en bord de mer peu fréquenté, il y aura moins de risques que quelqu’un donne l’alerte en croyant à un incendie ou à un problème. Pour cette raison, je déconseille fortement de le faire en environnement très urbain, sauf sensibilisation spéciale des personnes autour de vous.

Veillez aussi à ne rien laisser traîner derrière vous pour ne pas polluer l’environnement qui vous a accueilli (ramassez la bombe, bien sûr, mais n’oubliez pas l’attache sur laquelle vous aurez tiré pour ouvrir la bombe et que vous aurez jetée rapidement pour pouvoir mouvoir cette dernière à votre convenance).

utiliser des fumigènes en photographie (1)

Quelques conseils

Le choix du lieu

Le plus simple est de choisir un endroit où vous aurez une liberté de mouvement assez grande, afin de pouvoir facilement tourner sur vous-mêmes, et obtenir également un arrière-plan assez vide (en haut d’une montagne, en bord de mer…) ou très uni (ciel). Ainsi, si vous devez fermer un peu le diaphragme pour gagner en vitesse et mieux saisir les mouvements, il sera tout de même possible de permettre à la fumée colorée de se détacher nettement du fond.

Les fumigènes

Pour notre part, nous nous sommes procurés des fumigènes de la marque Enola Gaye, et en avons été satisfaits. Faciles à utiliser, elles ont produit une belle couleur (avec une préférence pour la rouge, plus intense).

Un bémol est à noter avec la bombe jaune : son odeur est très forte (sorte d’odeur de souffre) et elle s’imprègne dans les vêtements (mon gilet de mariage a dû subir 2 lavages pour en venir à bout) et surtout, cette couleur tâche : pas comme des gouttes, mais comme une teinture globale légère. Ma robe de mariage en a fait les frais en passant de blanc cassé à blanc un peu vintage : pas de quoi pleurer non plus puisque le soir-même personne n’a rien remarqué (pas même moi), mais à la lumière ça se voit un peu. Mais après tout, on peut se dire qu’on aura fait à la fois un mariage intimiste et un Trash The Dress ce jour-là, et c’est assez fun aussi.

Pour info, la composition de ces fumigènes est élaborée de manière à ne pas engendrer de pollution atmosphérique importante et à ne pas être toxique (même s’il convient évidemment de ne pas s’amuser à respirer à pleins poumons pendant l’utilisation). Il faut toutefois faire attention à ne pas trop orienter le fumigène vers soi (et surtout pas au moment de l’ouverture, pour laquelle il faut suivre précisément les consignes précisées sur la bombe).

L’action

Une fois la bombe vide, ne tardez pas à la lâcher, celle-ci pouvant chauffer un peu les doigts.

La durée d’utilisation est en général d’une minute (voire un peu plus, selon la taille de bombe choisie évidemment) : si vous souhaitez réaliser une session photo avec, prévoyez-en plusieurs pour optimiser les chances de photos réussies. Nous n’avions que ce rouge pour nos photos (puisque les autres avaient été utilisés pour notre mariage, comme je l’ai dit), mais ça passe si vite que j’aurais aimé en avoir un ou deux autres sous la main.

En ce qui concerne la prise de vue, elle implique de bien préparer ses réglages avant. Pour ma part, j’ai choisi de shooter en mode priorité vitesse, l’appareil calculant alors pour moi l’ouverture en fonction de la vitesse choisie (bien élevée, pour capturer un mouvement de manière nette – mais pas trop, pour garder un joli flou d’arrière plan). Ce réglage dépend également de la capacité de votre appareil à gérer la stabilisation (le mien étant stabilisé sur 5 axes, j’avoue que cela facilite grandement la tâche en réduisant déjà les risques de mon propre bougé) et de la luminosité de votre objectif.

Pour optimiser mes chances de réussir une photo et parce qu’une minute, c’est vraiment très court, j’ai réglé l’appareil en mode rafale. J’ai aussi réduit la qualité du jpeg pour que l’enregistrement raw + jpeg soit plus rapide, et j’ai en outre utilisé une carte SD pro (à enregistrement ultra rapide) me permettant de shooter sans discontinuer.

Les fumigènes : pour quelles occasions ?

Si l’on peut très bien ne pas les réserver à un événement particulier (et c’est ce qu’on a fait pour cette deuxième session qui nous a bien amusés), voici néanmoins quelques idées de contextes de session photo avec des fumigènes qui pourraient vous donner envie d’expérimenter la technique très vite !

  • photos de mariage du couple seul ou avec des invités : c’est sûrement le contexte n°1 pour l’utilisation de fumigènes, mais ça rend tellement bien que c’est largement justifié !

  • séance photo de révélation du sexe du bébé : si vous mettez votre photographe dans le secret de votre projet et que vous faîtes en sorte que votre gynécologue / sage femme écrive le résultat et le place dans une enveloppe pour que que la révélation se fasse à travers la couleur du fumigène, je vous promets un moment inoubliable !

  • séance photo d’annonce de fiançailles : au-delà d’une session un peu magique pour marquer votre union, cette session pourrait vous permettre de ne pas avoir à vous creuser longtemps la tête pour illustrer vos faire-parts de mariage…

  • séance photo dans le cadre d’un enterrement de vie de jeune fille (EVJF) ou de garçon (EVG) : pour bien se marrer entre copines / potes, les fumigènes sont également une chouette idée, qui laisse beaucoup de souvenirs.

  •  séance Trash the Dress : l’objectif de ce type de séance photo tout droit venu des USA ? Ne pas faire de la robe de mariée un objet qui finisse ses jours dans un placard, immaculé et oublié après ses heures de gloire. Au contraire, amusez-vous avec, quitte à l’abîmer un peu : les souvenirs créés avec n’en seront que plus riches et nombreux !


Si vous souhaitez vous faire photographier (en solo, couple ou famille) avec des fumigènes, faîtes-moi signe ! Je serai de retour en France à compter de mai 2020 🙂

Envie de donner une touche poétique à vos photos ? Pensez à mes presets Lightroom !


A propos

Je suis une photographe ayant un peu la bougeotte... Revenue en France au printemps 2020, j'aime les photos qui transmettent un brin de poésie et qui subliment le quotidien. Je réalise des sessions photo de portraits (solo, couple, famille) en privilégiant les interactions authentiques et le reportage "sur le vif" (mais j'ai aussi à cœur de mettre ma créativité au service de mises en scènes plus recherchées). Si mon travail vous intéresse, n'hésitez pas à me contacter !